15/06/2013

Le derrière de la salle des profs

C'était un endroit mystérieux, presque dans les sous-sols de mon école secondaire, tout près du bureau de la Direction avec un grand D - genre plus loin on en est, mieux on se porte. Je pense qu'en 6 ans de secondaire, je n'y suis jamais entrée. Lorsqu'un élève y était envoyé, c'était le coeur battant et le souffle court: qu'allait-il y trouver? Que se cache derrière la façade professorale? Sont-ils des humains tout comme nous?

Une poignée (enfin, une charrette) d'années plus tard, voici qu'à mon tour j'y passe des heures... et ça m'a donné envie de balancer (oh la vilaine!). Bien sûr, ce sont des clichés et des identités d'emprunt... m'enfin, toute ressemblance avec une personne existant ou ayant existé n'est peut-être pas fortuite... Que font donc les profs lorsqu'ils ne sont pas dans leur classe?

Quelques années plus tôt j'aurais pu rendre ce billet beaucoup plus croustillant: il paraît, en effet, qu'à l'époque, dans certains réseaux d'enseignement, les (certaines?) salles de profs étaient équipées de... pompes à bière (vous avez dit cliché???). Les fins de semaine y étaient donc en général plus joyeuses qu'aujourd'hui - et les directions, beaucoup plus clémentes, forcément. Las, de nos jours on est déjà content d'y avoir une machine à café et une photocopieuse qui fonctionne! Nous, nous avons même le luxe d'y avoir 2 ordinateurs (pour 80 profs mais bon...) avec une connection internet qui, la plupart du temps, fonctionne aussi! Bon, les ordinateurs sont parfois infectés mais on va encore dire que le corps enseignant se plaint tout le temps...

Par contre ce qui ne semble pas changer, ce sont les individus qu'on y rencontre: certains sont tellement stéréotypés qu'on jurerait qu'ils ont été engagés pour un "reality show" de type "ça va se savoir"... Ainsi, en vrac, dans une salle des profs on trouve toujours:

1. Le gros crado

Que ce soit le prof qui pue de la gu..., celui dont le col (qu'il a une fâcheuse tendance à porter sombre) est couvert de pellicules ou celui qui a l'air de sortir du lit / de 4 jours de festival même le lundi matin, force est de constater que certains enseignants ignorent l'usage du savon et du gant de toilette. Est-ce par vengeance ou parce que leur intellect les fait plâner plus haut que ces considérations bassement matérielles, je l'ignore... mais, ayant l'odorat extrêmement développé, je préfère les éviter.

2. L'alcoolo

Rescapé de l'époque mentionnée plus haut mais qui n'a pas su décrocher de la dive bouteille, le prof alcoolo réussit souvent à masquer son vice pendant les heures de cours. Certes, il boit, mais rarement entre deux classes. Par contre, en voyage pédagogique ou à une soirée pour récolter des fonds, le naturel chassé auparavant revient au galop. Ce collègue a en général l'alcool placide, sauf si on tente de réduire sa consommation ou lui confisquer ses clés au moment du départ. Il vous avait bien dit que sa voiture connaît le chemin, mêlez-vous de vos affaires!

3. Le socialo

Peut-être ce type de cliché est-il plus présent chez nous (Liège, ville rouge par tradition). Ce socialo-là n'est pas un représentant de la classe ouvrière "mal dégrossie", non! Il est, lui aussi, socialo par tradition et adore les discours gauchisants (enfin, les siens, car en général la personne qu'il écoute le plus volontiers est... lui-même). Anti-clérical féroce (mais juste pour les catholiques car les mulusmans et les juifs sont nos amis, pas comme ces connards de catho qu'il aurait fallu brûler tous bien plus tôt, merde, que fait l'Inquisition!!!), amateur "éclairé" de "vraie culture", il est en général contre la hiérarchie (ses élèves le tutoient parce qu'en plus, il est cool), d'ailleurs ses élèves sont ses potes, d'ailleurs ils sont tous géniaux car ils réussissent tous. Et si quelqu'un lui signale qu'ils montent aussi sur les bancs pendant son cours, il vous rétorque que c'est parce qu'ils s'expriment! C'est vous qui n'avez rien compris!!!

4. La bobo

Souvent de sexe féminin, elle travaille généralement à temps partiel car elle a des loisirs plutôt chronophages: associations "vertes", groupes d'achats communs, comités de bienfaisance... et shopping (oui mais équitable), car la bobo travaille pour s'épanouir, par pour bouffer comme vous et moi. D'ailleurs elle ne comprend pas qu'on puisse faire autrement qu'elle. Elle roule en grosse bagnole (les nouvelles technologies sont têêêllement plus green!), part en vacances 3 fois par an (le ski en hiver, le soleil loin au printemps et l'éco-tourisme en été), et a un mari qui gagne blindé - forcément, un vrai lifestyle, ça s'entretient!

5. La Lolo

Quasi parfait contraire de la bobo, la Lolo est jeune, clinquante, maquillée comme une voiture volée et habillée en strass et paillettes. Elle le lundi matin, c'est même pas vous pour aller en boîte le samedi soir (si vous y alliez). Cette jeune et jolie demoiselle est en général très appréciée de ses jeunes élèves de sexe masculin, à qui elle donne des cours particuliers de biologie et d'anatomie sans le savoir. Ses collègues masculins l'aiment beaucoup aussi. Les femmes, elles, la méprisent - heureusement qu'ELLES, elles volent plus haut que ça!

6. La Colombo

Pourquoi Colombo? Parce que, comme lui, elle mentionne en permanence un mari que personne d'autre n'a jamais aperçu. Elle aurait aussi pu s'appeler la supermama (sauf que ça ne finit pas en -o!), car elle a une nombreuse tribu au sujet desquels elle vous régale d'anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres. Parle en général très fort, même en période d'examens où tout le monde bosse. A éviter comme la peste en cas de migraine.

7. La Nanimo

Autre nana (j'avais bien dit que c'était cliché!), elle son truc c'est les animaux, pas les humains. Elle vit seule dans une grande maison, afin de pouvoir recueillir tous les chats et chiens perdus du quartier, elle fait signer des pétitions en faveur de nos amis à quatre pattes (ou à deux ailes, deux nageoires,...). Célibataire endurcie ("Un chat, tu sais, ça remplace un homme tellement avantageusement!" - vous avez l'esprit mal tourné, du coup vous n'osez pas lui demander dans quels domaines précisément), haïssant les humains qui lui ont fait tellement de mal, elle bombarde votre boîte mail de photos de ses chéris (heureusement que vous n'êtes pas amis sur Facebook!) et d'amusants petits Power Point, surtout en période de Noël. C'est d'ailleurs grâce à elle que vous avez changé d'ordinateur, l'ancien (antique, il est vrai) ayant planté sous le poids de ses messages.

8. Le merdodo

Appelé aussi "fouteur de m...", le merdodo aime surtout une chose: la bagarre. Pas physique, non, même s'il pourrait pour prendre sous le bras et partir avec vous comme pour rire. Non, lui il aime dire haut et fort qu'il ne se laisse pas faire... donc il cherche des poux en toute circonstance. Amusant pour un moment, épuisant à long terme, le merdodo n'a pas sa pareille pour animer une réunion un peu trop calme. Même s'il ne comprend pas pourquoi il est souvent seul à mener ses combats: une machine à café qui fait AUSSI du thé et des soupes, c'est quand même super important, non? Puis de toute façon un collègue l'a envoyé paître avec sa pétition pour la machine, donc comme il ne se laisse pas faire, il a décidé de faire du bruit jusqu'à ce qu'il soit entendu. (vous avez souvent envie de lui répondre "ok, c'est fait, on t'a entendu! Tu la fermes, maintenant, s'il te plaît?" Mais ce serait du suicide: comme il ne se laisse pas faire, il argumenterait jusqu'à la mort s'il le faut... donc vous laissez glisser)

9. Le superego

Ressemble un peu au merdodo (c'est pour ça qu'ils se détestent) sauf qu'il est plus habile... je dirais que c'est le despote "éclairé" de l'enseignement. Il n'est pas forcément chef, mais il a des amis un peu partout, qui ont curieusement un gros point commun: leur position de pouvoir ou quasi-pouvoir. N'espérez pas, vous modeste "nobody", devenir pote avec superego... sauf si vous lui servez de groupie. Il vous faudra alors rire à ses moindres feintes, le soutenir, l'écouter, l'admirer... l'ennui c'est qu'il a souvent les coins de la bouche un peu bruns et qu'il a mauvaise haleine, dieu sait pourquoi...

10. Le pistonno

Dit "fils spirituel de quelqu'un d'important", le pistonno est très souvent incompétent, mais il a un bras dont la longueur est inversément proportionnelle à son savoir-faire. Tout le monde le déteste mais on doit "faire avec". C'est l'inconvénient de travailler en politique. Comment, vous ne travaillez pas... vous êtes dans l'enseignement, non? Ben, c'est pareil!

11. Le doloroso

Peut être homme ou femme mais "qualité" principale: personne déprimante. Parle doucement, d'un air conspirateur, pendant DES HEURES (alors que vous essayiez justement d'entendre la blague du collègue, bien plus drôle que son histoire d'hémorrhoïdes ou ses réflexions sur le nombre exact d'élèves en 5è année - j'vous jure, histoire vécue, il a réfléchi tout haut et me prenant à partie pendant SUPER LONGTEMPS, alors que j'avais dit que je ne savais pas: "y en aurait-il 85? Non, c'était l'année passée. 90, alors? Ou peut-être une centaine? Ou..."), il faut les éviter car pour leur montrer clairement à quel point ils sont emm... il faudrait être grossier, ils ne comprennent pas la subtilité! (pour voir en détails, lire l'article précédent "le concours du + malheureux").

On pourrait encore dire (oh dieu, bien des choses en somme - et si j'en faisais une tirade à la Cyrano? Appel aux lecteurs doués???) bien des choses sur ce lieu mystérieux, les idées fourmillent mais les mots me manquent.

Ajoutons tout de même que dans ces salles des profs, il y a aussi des gens comme moi, comme vous, des gens discrets, qui essaient de bien faire leur boulot, de n'emm... personne (et de ne pas se laisser emm...), des gens "normaux", quoi! Et moi, personne de chair et d'os, j'ai même, parmi mes collègues, des gens formidables: les 3 "L" qui me remontent le moral quand ça ne va pas, S qui m'a prêté de quoi cuisiner, T tjs super pratique, autre S qui, malgré de vrais problèmes de santé, a toujours la pêche et le moral, et j'en oublie... Ceux-là, on n'en parle pas mais ils sont formidables!

Et chez vous, les collègues et les clichés, c'est comment?

17:55 Écrit par Catherine dans La tartine d'humour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vie de prof |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.