25/03/2014

Déjantée, moi???

Je viens de faire un test: "quel genre de maman êtes-vous?". Ben, il paraît que je suis une maman déjantée et un peu à l'ouest. Et que j'ai besoin de vacances. Urgemment. Aaaaah, ça, par contre, je confirme!!!

La vie d'une famille nombreuse ressemble plus à une piste de ski (genre avec bosses et accidents) qu'à un long fleuve tranquille. Il y a des jours où tout va... puis il y a les autres. Ils sont assez nombreux, pour le moment, ceux-là. Les jours où on se lève du pied gauche. Ceux où chaque geste et parole des "autres", cet enfer, nous semble déjà être une agression. Les jours où on n'a pas envie de sortir de chez soi - et pourtant, rester les uns sur les autres, ça ne va pas non plus...

Malgré le fait que tout aille bien, c'est vrai que j'ai un peu du mal, ces jours-ci. J'ai le "grognat", comme disait ma mère. Et ce grognat est en train de gagner tout le monde... mea culpa.

Que faire quand tout va bien, et que pourtant rien ne va?

On commence déjà par écrire un p'tit billet, histoire de partager avec d'autres, histoire de se rassurer qu'on n'est pas la seule à grogner sans savoir pourquoi.

(Verlaine l'avait déjà dit, mais plus joliment: "C'est bien la pire peine de ne savoir pourquoi/ Sans raison et sans haine, mon cœur a tant de peine").

Puis on essaie de se faire du bien. Pour moi, ça va être profiter de mes 3000 pétales chez une marque de soins bien connue, et m'offrir un soin visage et/ou corps à je ne sais plus combien de pourcent. Faut juste que je prenne le téléphone pour le rendez-vous... Peut-être un gros gâteau au chocolat? Ce sera pour ce week-end: on a déjà trop de trucs à manger ici, et je tiens à une bonne gestion des stocks.

C'est peut-être là, l'origine de cette "langueur qui pénètre mon cœur" (oui, je tiens à montrer que j'ai - un peu - des lettres, et alors???): une fois de plus, je veux tout gérer, tout contrôler, que tout soit "parfait" (MON parfait, bien sûr, qui serait sûrement vu comme le summum de la barakitude par d'autres!), que tout soit "à ma manière", et comme je vis avec des gens, des vrais gens, pas des gens sur papier, ben parfois (souvent? tout le temps?) ça foire.

Il va donc falloir que je revois ma maîtrise du "lâcher prise"... oh quelle phrase contradictoire! Oh, comme elle m'illustre bien!

Et pourtant, à l'origine, je me situerais plutôt dans les "bobos", càd ici les "bordéliques bohèmes", plutôt que dans les rigides fées du logis! Serait-ce là le couac, l'origine du pli dans mes humeurs? C'est bien possible: la dernière fois que je me suis sentie heureuse à avoir envie de chanter toute seule dans le bus (d'ailleurs je l'ai peut-être fait), c'était un jour où il faisait beau (bon, ça, on ne peut pas y faire grand-chose!), et que nous avions décidé d'en profiter. J'étais de corvée "réunion de parents" mais je n'avais qu'un seul rendez-vous, donc je me suis littéralement SAUVEE de l'école, quasi en courant, pour aller rejoindre ma famille qui m'attendait dans le jardin, Monsieur au barbecue et les enfants sur le trampoline. Petite bière spéciale, odeurs délicieuses, et surtout, pas ce stress du temps, toujours, tout le temps...

Voilà la clé: profiter du moment, sans toujours avoir l'œil sur la montre. Pas toujours évident, surtout avec la petite dernière qui a encore énormément besoin de ses heures de sommeil. Mais ça vaut la peine! Après tout, ce soir-là, le fait d'avoir pu, malgré l'heure un peu plus tardive, jouer jusqu'au repas et reporter la douche après, a paru aux enfants presque un cadeau! (aaaah, tu vois, ami Ricoré, quand tu veux!!!).

Alors... en attendant que ce sale traître (l'ami Ricoré, donc, qui, depuis, nous a bien méchamment désertés!) ne nous revienne avec son pain et ses croissants, je vais essayer de positiver. De lâcher prise (merde, je croyais que j'avais appris, ça! Hé ben non, dans tes dents, ma fille!). D'accepter que je ne suis pas parfaite. Et... de me racheter une nouvelle robe. Puis de boire de la bière, un peu, de temps en temps. Quand je bois une bière le soir (une spéciale, et justement, une, sinon après je m'écroule), c'est que je lâche prise, puisque en général je ne suis plus bonne à grand-chose d'efficace, après.

Va juste falloir faire gaffe à ne pas devenir alcoolique avant d'avoir appris!

 Hé ben non, ça c'est pas moi! Moi, pour le moment, ça serait plutôt ceci:

 Déjantée, moi???

 

 

Commentaires

nan
mais
tu es moi !!!

Écrit par : wam | 30/03/2014

Les commentaires sont fermés.