03/05/2014

Je voulais juste lui acheter un pantalon...

Quand t'as des mômes, tu reçois de notre fabuleux gouvernement belge des allocations familiales. En gros, c'est un chèque qu'on t'envoie tous les mois pour te récompenser d'avoir fait la danse du ventre il y a quelques années (et d'avoir assumé les conséquences). Quand tu fais le troisième, c'est le jackpot, les alloc' doublent. Du coup les gens te disent que tu l'as fait exprès (c'est clair que c'est un méga bon calcul puisque les nôtres, on ne les nourrit pas, ils s'habillent avec les cartons qu'on trouve à terre les veilles de passage camion-poubelle et quand ils ne sont pas à l'école, on les garde dans la cave en attendant qu'ils bonifient - en les retournant d'un quart de tour toutes les 3 heures, histoire qu'ils ne se sclérosent pas trop).

Bref, ce samedi, armée du précieux chèque, j'ai enfin pris mon courage à deux mains et j'ai décidé d'aller chercher des pantalons pour ma fille, qui a les jambes qui poussent comme mauvaise herbe sous la pluie. Des pantalons. Je pensais. Un peu naïve, toujours rêveuse, inlassablement optimiste.

Je sais que, parmi mes nombreux défauts, je suis une monstrueuse malahie, une difficile, quoi, surtout en matière de vêtements. Que ce soit pour moi ou pour les enfants (à part peut-être Mr Aîné qui a l'âge d'assumer ses goûts de chiotte personnels), j'ai les idées très claires sur ce que je veux, et encore plus claires sur ce que je ne veux pas.

Liste des choses dont je ne veux en aucun cas:

  • les pantalons slims: peut-être que ça va "commencer à aller" (déjà l'écrire me semble un affront) mais jusqu'il y a peu, notre ravissante fille avait gardé ses rondeurs de bébé, donc n'aurait pas pu être à l'aise dans un skinny, fût-il à la mode. On fait quoi, alors: on lui dit qu'à 3 ans elle est vraiment trop grosse? Ou comment créer des problèmes d'anorexie en 10 leçons.
  • les paillettes: désolée, en dehors de certaines manifestations (en gros, le bal du carnaval ou le "pestacle" de fin d'année), les paillettes, je dis non. Et la tulle, pareille: comment veux-tu jouer dans la cour avec ces machins-là???
  • le rose à outrance: savez-vous que les filles n'ont pas besoin d'être vêtues de roses de pied en cap pour se rendre compte qu'elles sont des filles? Et si les autres les prennent pour des mecs, soit elles sont encore trop petites et elles s'en foutent (genre la mienne à 8 mois, elle n'a pas l'air d'avoir été traumatisée d'être un nouveau-né habillée en bleu ou brun - couleurs qui, d'ailleurs, lui allaient à merveille!!!), soit elles sont grandes et les gens ont de la m... dans les yeux.
  • les fringues Hello Kitty: ça je peux pas. C'est trop, non, je ne peux pas. Ou alors un pyjama, une culotte ou des chaussettes. Mais le reste, non. Et encore, comme je veux rester polie, je ne vais pas parler des adultes qui portent des fringues Hello Kitty...
  • les motifs léopard: pour moi le message envoyé est clair: j'aime marcher le long des trottoirs et proposer aux jeunes (ou pas) hommes une partie de fun rétribuée. Je ne vois pas comment ça peut être beau. Mais ça doit être moi qui suis psycho-rigide! Toujours est-il que JAMAIS SUR MA FILLE TANT QUE JE PEUX L'EVITER!!!
  • les t-shirts avec des grandes princesses ou autres personnages de la télé, ou encore avec d'immenses dessins soit cuculs, soit agressifs.
  • les tons pastel, encore moins ce qu'ils essaient de faire passer pour du pastel actuellement, et qui, à moi, me rappellent de vieux rideaux laissés au fond du grenier pendant quelques décennies, genre rose pâle-passé-qui fait sale; bleu pâle-passé-qui fait (etc...)
  • les trucs fluo (à part le foulard de ma voisine, qui lui va à merveille mais sans doute parce qu'il agrémente des t-shirts SOBRES): pourquoi pas les épaulettes, les boutons dorés et les coiffures en brosse, tant qu'on y est?... ah bon, c'est revenu à la mode aussi? Et vive le "staïle" des années '80!!! Va-t-on revenir aussi aux permanentes?
  • les accessoires qui font trop "madame" (autrement que pour se déguiser, bien sûr), voire carrément "sexy".
  • les boutons dorés, clous et autres trucs "blinquants": purée, y a pas moyen de laisser le t-shirt tranquille???
  • les têtes de mort, même si elles sont rose fluo (surtout si...?)
  • Et j'arrête là car la liste est encore longue et je n'ai pas envie de passer (difficile, moi?????) pour une (trop) chiante - donc je ne vais pas parler des trucs pour adultes.

M'enfin bon, vous pouvez imaginer qu'avec ces images en tête, je risquais peu de me ruiner - ou alors je DEVAIS me ruiner complètement en oubliant les grandes enseignes et en dévalisant les boutiques au style classique (pas de chance, ma fille se conduit plus comme une camionneuse que comme une petite fille modèle - comprenez qu'en fin de journée on a envie de la mettre à la lessive (cycle long, bouillant avec prélavage) avec ses fringues).

Heureusement, je me disais que l'emmener avec moi n'était pas un risque: puisque je l'ai bien élevée et qu'en général elle adore les petites robes à 4 euros que je lui achète en seconde main (mais ils n'ont pas de pantalons pour elle là non plus), elle ne risquait pas de tomber dans les panneaux que tendent certaines enseignes à chaque mètre de magasin! Hé ben... en fait, si. Force fut de constater, après 2 tours de "ooooh, regarde ça, maman, je le veux, c'est troooop bôôôôôô!" que MA fille aussi a des goûts de chiotte.

Tout y est passé: des robes de communion raides comme de la tulle (tu penses vraiment pouvoir faire des courses de tricycle avec ça ma chérie?) aux t-shirts (immondes) affichant une (effrayante) Dora (mauve pastel avec des paillettes), en passant par la panoplie Hello Kitty, aux robes de princesses et aux diadèmes en "perles". Elle est même tombée en admiration devant un t-shirt rose berk avec une tête de mort en clous dorés... Au secours!!!

Je tombe des nues car elle me disait, AVANT, que "trop de rose ou de mauve c'est pas beau, hein maman?" (petite frotte-manche, va!) et que "les paillettes nous on n'aime pas, hein maman?"... En fait, c'était comme le drogué au chocolat qui dit qu'en fait il n'aime pas vraiment pour essayer de s'en persuader, puis qu'on emmène chez Galler sans le prévenir ni le préparer... ben c'est l'orgie, quoi!

J'ai demandé au magasin s'ils offraient la livraison gratuite pour ceux qui achetaient tout le magasin. Ils n'ont pas semblé goûter mon (pourtant désopilant) humour, et ma fille n'a pas compris la (pourtant subtile) allusion. Moi, je voulais juste lui acheter un pantalon...

 

Les commentaires sont fermés.