27/05/2014

Garder la vie pour plus tard

Dimanche dernier, en plus d'aller voter, nous étions "de spectacle".

Certains parents voient ça comme l'ultime corvée, tous ces matchs, spectacles et autres représentations de fin d'année scolaire. Mon propre père en fait partie: il ne s'est jamais déplacé pour voir ni mes spectacles de danse, ni les matchs de volley ou de football de mes frères. Ceci dit, il est cohérent: il nous a toujours dit que pour qu'il se déplace, il lui fallait du "vrai" spectacle, autrement dit, un niveau frisant le professionnel. Et nous, ma foi, nous n'étions pas tout à fait des prodiges... (ok, j'étais carrément nulle!).

D'autres sont proches de la caricature inverse: à chaque prout que l'enfant fait sur quelque chose qui ressemble vaguement de loin à une scène ou à un terrain de sports, on est tenu d'y amener TOUTE LA FAMILLE, des grands-parents aux oncles, tantes, parrains, marraines et amis proches. Même quand c'est le mini-show de l'école du village, c'est "ils sont venus, ils sont tous là". Même quand c'est piscine toutes les semaines, y en a qui viennent toujours en masse, pour regarder Choupinette faire le kangourou dans l'eau et (surtout) pour boire des coups à la buvette.

Moi, je me situe plutôt entre les deux: je me dis que j'ai trois enfants, donc que je n'ai pas envie d'imposer à mes frères et aux autres membres de la famille chaque activité qu'ils ont. Par ailleurs... mes parents, ça les emmerde toujours autant. Ma mère s'est dévouée pour mes spectacles de danse, mais là, elle a donné: elle a assisté au premier spectacle de notre aîné, a fait semblant d'avoir envie de participer au deuxième, avant de dire que, heu... finalement non, donc pour le 3è, nous n'avons même pas demandé. Mais moi, les spectacles de danse, même quand mes enfants ne sont pas sur scène, rien à faire: j'adore! C'est peut-être dû à mes propres souvenirs, mon propre goût pour cet univers féérique (ben oui, même nulle, on peut apprécier!), mais moi, je ne m'ennuie pas une seconde quand je vois des gens danser.

Quand l'un de mes enfants est sur scène, en général, j'ai deux options: soit je me transforme en fontaine larmoyante (l'effet magique "être parents"), soit je me métamorphose en fan hystérique, genre "Patriiiiiiiiiiiick" dans les années '90. Je tape dans les mains, je crie, j'applaudis... c'est un peu la honte pour eux (enfin... pour LUI!) mais tant pis: je préfère pécher par excès d'enthousiasme que par excès de tiédeur!

Quelque chose qui m'a frappée une fois de plus, en observant autour de moi la foule hétéroclite des autres parents (à part le réflex qui nous vient des USA qu'il faut ABSOLUMENT quelque chose à bouffer chaque fois qu'on met son cul sur une chaise pour regarder un truc - au secours!!!), c'est le fait que de plus en plus de personnes ne regardent plus ces manifestations qu'au travers d'un écran quelconque.

Non, je ne suis pas technophobe. Oui, j'aime prendre des photos. Non, je n'ai ni tablette ni caméra ni smart phone (pour ce que j'en fais, honnêtement, je n'en vois vraiment pas l'utilité - comment? Rien à voir avec l'utilité? Ben si, moi je persiste à acheter ce dont j'ai besoin, mais je m'égare une fois de plus...). Par contre, cette habitude de ne plus regarder la vie que derrière un gadget électronique me surprend. Parce que la plupart des gens ne prennent pas des scènes intéressantes pour pouvoir faire un mini-montage de 3 minutes (3h de boulot) à montrer sans tuer les gens d'ennui! Non, non, non: eux filment LA TOTALITE du spectacle, afin de pouvoir le regarder tranquillement chez eux! Vous voyez la logique? Oui? Ben vous avez de la chance! Moi j'ai encore un peu du mal.

J'ai du mal parce que je persiste à me dire que l'important, dans la vie, c'est d'en profiter au moment même. C'est de goûter, de sentir, de voir, d'entendre... d'applaudir, aussi (délicat avec une tablette dans les mains). De profiter, quoi. Parce que le souvenir, oui, c'est bien... mais le souvenir n'est beau que si le moment l'a été, non? Ou suis-je vraiment tellement en décalage avec mon époque?

J'ai l'impression qu'aujourd'hui, une expérience de vie en soi n'est plus assez: il faut la filmer, puis la "partager" sur les réseaux sociaux, il faut espérer que les autres "likent" (oui, je sais, pas besoin de guillemets, j'arrive pas, désolée, ch'uis prof), puis alors on peut se dire que "finalement c'était bien". Les autres ont fait des commentaires, donc ça va, on peut apprécier... rétrospectivement. Mais quid du moment présent, alors? Carpe Diem, "cueillez dès aujourd'hui...", c'est vraiment mort et enterré?

Finalement, c'est le même questionnement que j'ai par rapport à fesse-bouc: si on passe 8h par jour à poster des photos et des commentaires sur sa propre vie, à regarder celles et ceux des autres, à commenter leurs vies et leurs photos... il reste combien de temps pour VIVRE sa vie? Vivre au sens où moi je l'entends, avec les sensations et les émotions en temps réel, pas la version qu'on prépare pour montrer aux autres!

Certes, je fais (un peu) la même chose avec mon blog: combien de fois, en observant, en écoutant, en ressentant, n'ai-je pas commencé la rédaction mentale d'un billet, afin de pouvoir partager ici? Mais penser et ressentir, je peux le faire en même temps. Appelez-moi boulet, mais photographier, filmer, poster, commenter ET penser et ressentir, ça moi j'y arrive pas. Donc soit les autres sont des mutants, soit je suis ringarde (NO COMMENT!!!)... soit ils n'y arrivent pas non plus, et ils ont juste posé un autre choix que moi. Je respecte... mais je ne suis pas.

Finalement, je n'aurais pas dû regarder Wall-E (et c'est la première fois que je fais le lien: Wall = mur, E = électronique, hé hé hé, subtil, les amis Pixar!!!) avec les enfants: à chaque fois que je me fais cette réflexion, je revois la scène dans le vaisseau spatial emportant les terriens (horribles mutants gras dégoulinants avec vertèbres et dents en moins puisque pas bouger et ne bouffer que du mou... ça vous rappelle des choses? Moi aussi!!!!), où un homme et une femme commencent à communiquer ensemble par écran interposé... pour se rendre compte avec grande surprise qu'ils sont côte à côte, et que communiquer SANS écran, ben... ça va aussi. A l'époque j'avais trouvé ça mignon et drôle... à présent je me dis que c'était presque prophétique!!! (oui, j'exagère sans doute un tantinet...)

Moi je vais continuer à regarder la vie au présent. Et si je n'ai pas de "souvenirs" ou de "témoins" à monter aux autres, ce n'est pas si grave. Mes souvenirs à moi, ils sont stockés dans mon "disque dur" intérieur (mon cerveau, quoi!), et je trouve qu'ils tiennent plus chaud là-dedans que s'ils étaient sur n'importe quel autre support électronique.

... donc je n'ai pas de photo du spectacle. Par contre, dans ma tête, j'ai un petit montage son-lumière-odeurs-sensations, je ne vous dis que ça! Franchement, moi je "like" à mort!

Les commentaires sont fermés.