02/01/2015

Mode bonbon fondant

Ne le dites à personne, mais le schtroumpf grognon cynique qui n'aime pas "les fêtes" semble avoir disparu pour le moment...

Il y a toujours cette appréhension légère un peu avant ces dites "fêtes" qu'on nous exhorte à bien préparer (dès le 15 novembre), et surtout à "réussir" en achetant, achetant et achetant le plus possible. Vais-je pouvoir participer à la liesse imposée? N'allons-nous pas voir les vieilles querelles resurgir? Vais-je réussir à rester "adulte" dans mes réactions, même en présence de mes parents? Beaux-frères et sœurs? En gros, vais-je moi aussi réussir ce défi de profiter sans (trop) d'excès, de tensions et de stress? (et de dettes???)

Cette année, j'ai commencé les vacances dans un état encore plus comateux que d'habitude: à la traditionnelle fatigue hivernale s'était ajoutée la pression professionnelle d'un changement chez nous, et je n'en pouvais littéralement plus. J'ai d'ailleurs failli m'endormir au drink des collègues (3h de l'après-midi, deux bières, pour ceux qui se posent la question) et le vendredi soir avant les vacances, j'étais au lit un peu avant 21h... Glamour, je sais!

Je voulais des vacances reposantes et réussies... et il semblerait que j'ai été exaucée. A présent que nous sommes en 2015 je peux dire que les fêtes ont été clairement et pleinement réussies. Un 24 décembre en comité réduit, une ambiance un peu inattendue par rapport à l'année passée mais une soirée pleine de charme. Un jour de Noël sympathique où nous avons réussi à oublier quelques détails un peu énervants pour se concentrer sur l'essentiel, càd être bien ensemble. Un 27 décembre dans ma belle-famille plein de douceur, de joie et d'amour - ainsi qu'une bonne volonté générale et visible de faire que tout se passe bien. Enfin, une soirée chez nous entre amis le 31 décembre, où j'ai réussi à tout préparer toute seule (Monsieur bossait), à servir "ma" partie du repas (plat principal) à temps (contrairement à certaines fois où, déjà trop "détendue" à l'apéro, j'avais tendance à oublier que les invités ne venaient pas que pour mes beaux yeux et ma conversation fascinante, et qu'ils voulaient aussi bouffer), et tout en même temps, et en plus où je suis restée vigilante mais suffisamment détendue (à part une heure au moment de terminer et servir l'énorme dinde) pour pouvoir pleinement en profiter... puis une année 2015 qui a commencé sans gueule de bois (NON ce n'est pas plus exceptionnel mais ça fait plaisir quand même!) et par une balade en plein air sous le soleil radieux du 1er janvier (et sans choucroute, cette fois...).

Bref, de la détente, de l'amitié, beaucoup d'amour, de cadeaux, de partage et de moments agréables...

Je sais que la course va recommencer dès lundi. Avec pour nous, en plus, un changement dans notre "routine" familiale, auquel nous allons devoir nous adapter. Mais j'espère pouvoir garder en mémoire l'effet positif de ces quelques jours de vacances.

Et, étant une fille traditionnelle par nature, j'en profite pour vous souhaiter à tous une excellente et positive année 2015. Qu'elle soit remplie de grands et petits bonheurs, de jolies surprises, et surtout d'amour.

Je reste encore un peu en mode bonbon fondant. Que voulez-vous, malgré ma carapace, au fond, je suis une tendre...

11:18 Écrit par Catherine dans Mes amours et moi | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : vacances, fêtes, nouvel an, voeux |  Facebook |

Commentaires

Bonne année à toi aussi. Je te souhaite paix, serennité et de bons moments auprès de ceux que tu aimes.
Comme toi, je redoute cette période de l'année, je vois arriver avec angoisse cette montagne de cadeaux qui viendront envahir encore plus notre logement pas très grand et nous ruiner en trucs inutiles. Et en plus, mes enfants sont nés proches de Noël.
Et on a tellement la pression que ce soit "réussi" que tout le monde est énervé, stresser et on passe à côté de l'essentiel : être heureux d'être ensemble.
J'ai passé un Noël apaisant chez mes parents, et ca fait du bien. (même qu'au boulot aujourd'hui on m'a dit que j'avais bonne mine... Pourtant, le levé a été difficile)

Écrit par : wam | 05/01/2015

Les commentaires sont fermés.