01/08/2017

Le No Poo... miracle ou grosse arnaque?

Eté 2015.

Ce sont les vacances. Je suis bien, je suis bronzée, je suis reposée, je me sens belle... sauf quand j'ôte la pince qui retient ce qui me sert de cheveux. La fatigue, les colorations, le soleil et le chlore ont fait qu'il ne me reste plus grand-chose, et ce qui a survécu aux chutes massives et à répétition, c'est franchement minable. Mes cheveux bouclent, certes (alors qu'avant ils étaient plutôt raides), mais ils sont gras aux racines et secs aux pointes. J'ose espérer qu'une bonne coupe va remettre de l'ordre dans tout ça... mais j'ai peur d'aller chez le coiffeur depuis la dernière fois, où la nana a passé son temps à critiquer mes cheveux, à me demander si je faisais parfois des "soins" (de l'après-shampoing, tu veux dire?), avec, en sous-titre, "au moins, grosse conne?", au point que j'ai eu envie de dire qu'à part la boue et le purin, non, je ne savais pas bien comment faire...

Je me décide quand même - une chance, je tombe sur une coiffeuse qui bégaie (je vous jure!), du coup ça limite les interventions - sauf qu'elle me dit que mes shampoings sont "mauvais". Je traduis dans ma tête "pas ceux que ELLE, elle vend, sauf qu'ils coûtent blindé plus", mais elle m'assure que ce qui tue ma tignasse c'est le (la?) silicone. Elle est presque convaincante...

Peu de temps après, je vais boire un verre avec ma copine A., qui me donne un tuyau: shampoing au rasoul, ça épaissit le cheveu et ça ralentit la chute. J'essaie... effectivement, ça me donne enfin un peu plus de volume. Par contre au niveau cheveux secs, ça ne change pas grand-chose.

Puis je rencontre mon autre copine A., qui affiche une chevelure de sirène tahitienne... je lui demande ce qu'elle a fait - et bam, elle me répond: "ça fait deux ans que je ne les lave plus"...

J'avais déjà entendu parler de cette nouvelle mode "no-poo", et je l'avais vite reléguée dans la catégorie "truc de bobo qui s'emmerde"... moi, j'assumais pleinement mon shampoinage quotidien, je ne me sentais bien que le cheveu fraîchement lavé, donc l'idée d'y renoncer me semblait inconcevable, fait pour les Zaz aux dread cradingues et à la lèvre percée, pour les habillés "world" qui sentent la chèvre et qui dorment avec leurs chiens, bref, PAS POUR MOI du tout!!!

Sauf que ma copine A. n'est pas du tout comme ça. Certes, elle fait plus bohème qu'Yvanna Trump, mais elle est propre, elle sent bon, elle est habillée "normal" et pas en peaux de bêtes... et, putain, ce qu'elle a des beaux cheveux!!! ça fait rêver!

Après quelques semaines de réflexions, je décide de tenter l'aventure, moi aussi, en me disant que de toute façon je n'ai rien à perdre, et que au bout d'un an, si je ne vois aucune différence, il sera toujours temps de revenir à mes anciennes habitudes.

Je ne vais pas détailler ici en détails le "journal de bord" de mes tentatives, de mes échecs, du lent cheminement... Je vais plutôt partager mes conclusions, deux ans après...

 

Au départ, il y a deux ans, j'en étais donc à 7 shampoings par jour, avec le résultat qu'on connaît. Mes cheveux ne poussaient plus (enfin, dès qu'ils dépassaient la longueur des épaules, ça partait en vrille et j'avais plus envie de les appeler "poils" que chevelure). Je multipliais les colorations, puisque, forcément, même sans repousses, à force de lavages, la couleur partait tout de suite, et je me retrouvais avec des cheveux carottes délavées, alors que la couleur que j'affectionne est plutôt "rouge profond sur cheveux foncés". J'avais même l'impression que mes cheveux repoussaient "incolores", comme si, à force de jouer avec des saloperies, j'avais même niqué ma couleur naturelle...

D'abord, j'avoue que je n'ai PAS joué le jeu du no-poo complet. Je n'ai pas réussi à passer le mois sans les laver: ça gratte, ça plaque, c'est crad', non, je n'ai pas pu. Je n'ai même pas voulu dépasser (sauf peut-être une fois ou deux) la semaine. Impossible... blocage... Juste, NON!

Par contre, oui, j'ai espacé les shampoings le plus possible. Mon rythme de croisière, même s'il fluctue, est d'un lavage tous les 5 jours. Quand je fais du sport régulièrement, je les "lave" à l'après-shampoing après 4 jours, puis 3-4 jours plus tard je shampouine - shampoing bio au rhassul. Cet été, je vais tester le shampoing aux oeufs. Après la piscine, je les rince au vinaigre et à l'eau froide - ce qui amuse toujours mes copines (et c'est TRES DUR en plein hiver...).

Ce que j'ai constaté comme résultats, en toute honnêteté:

  • Ils sont vachement plus beaux, c'est indéniable. Ils brillent plus, ils n'ont plus l'air sales au bout d'une journée, ils sont plus abondants (même si je n'ai jamais eu une grosse masse de tignasse, même enfant). Bref, pour ça, que du positif.
  • Ils poussent!!! Et sans se casser!!! Bon, demain je vais couper les pointes (sans crainte de me faire insulter, cette fois...) puisque après deux semaines au soleil, à la mer et à la piscine, ma foi, ça craint toujours un peu. Mais ils sont un bon 12 cm (voire un peu plus pour les mèches les plus longues) plus bas que mes épaules. J'arrive à faire un chignon qui tient au sommet de la tête sans trop de mèches folles (surtout quand ils sont sales, ce qui est le cas ce soir, vous savez tout à présent! wink)
  • J'utilise vachement moins de produits colorants, malgré qu'ils poussent plus vite. Donc ils sont plus beaux. Et j'ai refait connaissance avec ma couleur naturelle - et vous savez quoi? Les repousses, ça ne choque pas tant que ça. (je n'ai pas des repousses d'un noir de jais en-dessous d'une décolo blonde platine non plus, ça aide!!!) J'ai quelques cheveux blancs, dont j'ai fait la connaissance, et ça ne me choque même pas non plus.
  • Avoir les cheveux pas trop propres, ça aide à avoir un chignon structuré, il tient mieux. 
  • Le shampoing sec, même "officieux" (càd de la farine de maïs toute biès) aide à combattre l'effet "tu reviens de la piscine, tu as les cheveux mouillés? - ah non, ils sont gras!" pendant parfois plusieurs jours.
  • Qu'est-ce que ça prend du temps, de se laver les cheveux tous les jours!!! A présent, la plupart des matins, je mets 5 minutes montre en main pour me doucher ET me sécher! Quand au brushing, ça n'a jamais été mon truc (voir ci-dessous).
  • A présent qu'ils ont plus de forme, qu'ils ne sont pas minables et pendouillants même après le shampoing, mon "brushing", c'est simplement de les sécher à la serviette et de les brosser. Après, je poigne dedans une fois ou deux pour faire revenir les boucles. Puisque c'est la première chose que je fais le matin et que je déjeune toujours entre-temps, quand je pars bosser, ils sont secs, donc plus besoin de sèche-cheveux. Ce qui tombe assez bien, vu que ce sont mes fils qui l'utilisent, à présent... Et si vraiment il fait moins mille dehors, un petit coup de 2 minutes max me suffit. La coiffure? J'ai ma pince, puisqu'ils ont poussé!!! Bonheur...
  • Autre avantage non négligeable: quand je dois m'absenter de mon confort habituel, cela ne provoque plus le stress et le questionnement existentiel de "où et quand vais-je pouvoir me laver les tifs?"!!! Je sais que passer plusieurs jours sans douche ni shampoing ne me tuera pas, je suis libérée! (délivrée....) Enfin, il reste quand même le problème "toilettes" et le problème "truc de filles"... mais bon, ça en fait déjà un en moins, quoi!
  • Par contre, point négatif, j'ai refait connaissance avec les pellicules, notamment dans les moments de stress. Avant, forcément, en les lavant tous les jours, je n'avais pas le temps d'observer cet intéressant phénomène... Honnêtement, c'est le seul auquel je pense.

Bref, comme toutes les "modes", il y a à boire et à manger dans le "no-poo". Moi, perso, je ne me vois pas utiliser uniquement de l'eau et du bicarbonate de soude (malgré mon amour grandissant pour ce produit) pour les laver. Peut-être changerai-je d'avis. Peut-être vais-je trouver d'autres solutions à MA sauce. Mais au moins j'ai pu un peu me désintoxiquer des Fructis et autres saloperies. C'est vrai que les laver trop souvent les rend plus gras. C'est vrai que les enfants n'ont pas (encore) ce besoin - ma fille, elle, peut rester 2 semaines sans shampoing et elle garde une chevelure magnifique. Mais je ne suis pas persuadée que c'est uniquement le fait de les laver qui les amoche. Après tout, avec l'âge, on produit plus de sébum (suffit de voir les ados à 12-13 ans), on flaire plus vite, aussi. Donc il faut adapter les soins au corps que l'on a!

On n'en parle plus des masses, ceci dit, de cette tendance. Peut-être était-ce une fulgurance pour avoir du buzz. Je suis contente d'avoir tenté l'affaire, puisque je pense que ça m'a permis de garder des cheveux, ils en étaient quasi à ce point. Pour le reste... c'est comme la politique ou la religion: je n'ai pas envie de devenir une esclave des extrêmes.

 

18:00 Écrit par Catherine dans Mes tartines à moi | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : blog de filles, cheveux, no poo |  Facebook |

Commentaires

C'est un truc qui m'a tenté quand ca a fait le buzz, mais ca me paraissait malgré tout assez chronophage. J'ai les cheveux TRES lisses, je ne les coiffe que 2-3 fois dans la semaine, et encore..., jamais de seche cheveux, même en hiver. 1 shampoing tous les 2-3 jours (2 jours quand je bosse, 3 jours WE et vacances). Bref, je passe assez peu de temps sur ma chevelure et je ne veux pas en passer plus...
N'empêche, maintenant, ca me donne à nouveau envie d'essayer d'espacer (tu as fait quoi, pour ca ?)
et puis...
je crains que...
à chaque fois que j'aurai cette sensation de cheveux sales... je penserai à toi maintenant :-P

Écrit par : wam | 07/08/2017

Les commentaires sont fermés.