01/05/2016

Les petits bonheurs en devenir

ça fait un moment que je n'ai plus rien écrit. Depuis, finalement, qu'une bande de trous du cul ont décidé de faire sonner la fin du printemps.

Triste printemps que celui de 2016: le temps, qui est resté bien moche pendant bien longtemps (paraît que "ça va aller mieux"... j'en caresse l'espoir!!!); l'angoisse qui prend à la gorge, soigneusement entretenue par les médias (objet d'un prochain billet, d'ailleurs); les mesures prises par notre gouvernement, qui vont dans le sens de notre "c'est todi les p'tits qu'on sprâtch" - autrement dit c'est tjs les petits qu'on écrase; le monde qui va toujours plus mal et dans lequel je me sens de moins en moins appartenir...

J'ai régulièrement des envies de coups de gueule, de révolte, de révolution, même - mais je ne me retrouve pas non plus dans la "lutte syndicale" actuelle, qui me semble plus des opérations sans réflexion d'une bande de barons trop bien assis depuis trop longtemps. J'ai l'impression que, de plus en plus, leur définition de "solidarité" est surtout "votez pour moi et ne m'emmerdez pas". Travailler pour les autres? Quels autres?...

J'ai régulièrement des envies de crier mon indignation, mon horreur, même, devant tant de moments de l'actualité. Un exemple parmi tant d'autres? Le type qui a donné l'alarme dans l'affaire du Luxleaks (des banques qui donnent des conditions avantageuses aux gens riches qui ne veulent pas payer de taxes chez eux), et qui risque des années de prison. Pas ceux qui fraudent l'état pour ajouter des millions à leurs millions, nooooooooon, ceux-là ont sans doute les bons copains! Comme l'a dit mon collègue, c'est un peu comme si t'entends un enfant crier parce qu'on le maltraite, tu entres dans la maison pour le sauver, et t'as un procès pour effraction... Allô le monde, quoi!

Tous ces moments qui me font douter de ma place, de l'humain, de tout ce qui me tient debout...

Et pourtant la nature s'est réveillée, les arbres sont en feuilles, à présent, c'est fini les petites branches minables et nues. Les fleurs explosent partout, du rose, du blanc, du jaune, c'est beau. Bientôt la ville va encore sentir partout les fleurs de marronniers, et j'aime trop ça!!!

Les jeunes gens que je fréquente au quotidien, même si eux aussi me frustrent souvent, quand on leur parle vraiment, on voit à quel point ils peuvent être mûrs, réfléchis, lucides et naïfs en même temps. Laissons-les s'indigner, laissons-les croire qu'ils peuvent changer le monde... Après tout, c'est eux, les adultes de demain, peut-être réussiront-ils là où nous, les vieux, on a échoué???

Peut-être... L'idée m'aide, en tout cas!

Autre bonheur en devenir: les vacances... On a réservé, ça y est, on va partir au soleil tous les 5, une fois de plus. Bien sûr, ces deux semaines de respiration ne peuvent pas être notre seul but, genre "on sera bien à ce moment-là", on doit y travailler au quotidien! Mais au moins, on sait que pendant ces quinze jours, on arrête de courir et qu'on prend juste le temps d'être bien ensemble.

Il y a du soleil. Et j'ai beau trouver ça pathétique d'en dépendre à ce point-là, moi, quand l'astre du jour ré-apparaît, j'ai l'impression que tout redevient possible. Et je repense à mes petits bonheurs en devenir...

Commentaires

Pour les coups de gueule et l'envie intempestive de révoltes, Mai me semble être un mois assez propice même si par le passé décevant. Le monde doit être changé c'est certain et je crois que l'on a besoin de tout le mode, jeunes et vieux confondus ( en un seul mot)! J'aime bien vos états d'âme!

Écrit par : Alezandro | 01/05/2016

Bonjour,
Je me dis 'tiens, vais faire un tour sur les tartines, ca fait longtemps' et chouette, un nouvel article.
Encore une fois, tout l'article raisonne parfaitement en moi. tout à fait ca.
Je t'encourage à aller voir le film "Demain", si ce n'est déjà fait. Une bulle d'optimisme qui fait du bien.
A bientôt :-)

Écrit par : wam | 01/05/2016

Les commentaires sont fermés.