29/06/2016

Une de plus...

Voilà, je viens de terminer le dernier travail à donner au dernier élève.

Une année scolaire qui se termine. Une de plus. Purée, j'ai l'impression que c'était hier (enfin, le mois passé) que je vous racontais mon merveilleux concert de rentrée...

Une fois de plus, fin d'année marathon. Des conseils de classes à n'en plus finir (moyenne journalière: 9h). D'ailleurs les élèves qui, sentant sans doute le roussi des examens - et donc des questionnements parentaux - me font toujours bien rire (jaune) en me demandant autour du 15 mai "si je bosse sérieusement d'ici la fin de l'année, je passe, hein madame?"... Purée, si je pouvais te faire un conseil de classe de fin d'année expédié toute seule en 10 secondes, mon ami, tu penses vraiment que je passerais tout mon mois de juin (à peu de choses près) de ce bâtiment pourave? Au point que j'en viens à me demander qui sont ces gens qui m'accueillent (ou pas - il est parfois très tard!) dans la maison... ah oui, juste, j'ai aussi une famille!!!

Une fois de plus, une journée horrible qui combine la remise des bulletins (les larmes), la remise des diplômes (émotion et fierté - d'autres larmes parfois), puis enfin la réunion de parents (remise en question du prof, bien sûr - si ce n'était pas de ma faute, pourquoi chouchou aurait-il raté??? Je ne vais quand même pas demander à mon enfant-roi de se remettre en question?????).

Je me dis souvent (enfin non, parfois, mais concentré en fin d'année donc là je suis toujours un peu la gueule dedans) que j'ai tort de prendre les choses tellement à cœur. De passer tellement de temps à essayer de remédier, de ré-inventer, d'invoquer ciel et terre pour trouver le moyen d'enfin motiver certaines personnes. Puis, grosse erreur de bleue, de prendre certains échecs d'élèves comme des échecs personnels...

J'en avais deux, cette année. Deux challenges. Deux personnes que j'aurais tellement voulu sauver... "C'est pas ton métier, Cath, tu n'es que prof". "Oui, je sais, mais j'ai toujours ce syndrome de St-Bernard frétillant du tonneau...". "C'est casse-gueule". "Oui, je sais". "Tu risques d'y perdre plus que de gagner". "Oui, je sais". "Alors, pourquoi tu continues?". "Parce que je suis une grosse conne"...

Ces deux personnes ont échoué lamentablement. Donc j'ai l'impression que c'est moi qui ai tout raté....

La fatigue n'aide évidemment pas. J'en viens à oublier (je tente de quitter l'émotionnel pour redevenir objective) les autres: ceux que j'ai su aider, "guider", accompagner. Celle qui a eu son diplôme en juin, malgré des difficultés grosses comme ça. L'autre, quasi même profil. La troisième, pour qui ça doit être l'année prochaine - mais c'est bien parti et on reste vigilant. Ceux qui m'ont dit s'être super bien amusés. Les projets réussis... Non, ça j'arrive pas à le voir cet après-midi. J'ai un goût amer de cette fin d'année. Ma dernière phrase "de prof" s'est arrêtée pour cause de gorge nouée et de larmes pas loin.

Demain je fête - pas tard, je n'ai plus de jus. Après-demain, je pourrai me dire que 1) je ne suis pas Atlas; 2) c'est une leçon d'humilité (non sollicitée - comme la plupart, d'ailleurs!!!) qui ne peut que faire du bien à mon karma; 3) qu'ils aillent tous se faire cuire un œuf jusqu'en septembre...

Après-demain, je pourrai commencer à prendre du recul.

Mais purée, j'arriverai quand, à pouvoir me dire: "cette fois, là, ça y est: j'arrive à gérer mon année"???

Soyons honnête: si "gérer" veut dire "se détacher"... sans doute jamais. Je suis, je reste une passionnée, donc aller bosser en classe comme on met des cachets sur des formulaires et attendre le salaire en fin de mois, je ne pourrais pas, je ne voudrais pas! Par contre... il serait peut-être temps que je relise ma phrase préférée:

Avoir la sérénité d'accepter ce que je ne peux pas changer (dont moi-même, sans doute!)

Avoir la force de changer ce qui peut l'être

Avoir la sagesse de les reconnaître...

Bon, promis, je commence... bientôt!

 

17:44 Écrit par Catherine dans Mes tartines à moi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vie de prof |  Facebook |