19/07/2016

Notre fils nous a tout dit

C'était hier soir. J'étais en train de préparer le repas, mon homme mettait la table, lorsque notre fils est venu nous trouver. Il avait l'air grave, effrayé, même. Il a dit qu'il avait quelque chose d'important à nous dire...

Nous nous sommes assis en face de lui. Mon cœur battait à du mille à l'heure - qu'avait-il fait pour avoir ce visage presque désespéré? Il a pris la parole. Pour dire qu'il nous aimait. Qu'il avait longuement réfléchi. Qu'il avait essayé. Mais qu'il ne pouvait plus taire ses véritables inclinations. Qu'il espérait qu'on réussisse à l'accepter tel qu'il est, que ça ne changeait rien au fait qu'il soit notre fils...

Ok, c'est vrai, tout ça, mais quand même...

 

 

Mon fils est hétéro...

Le ciel m'est un peu tombé sur la tête - même si je dois dire que dans un coin de mon cœur, je savais... J'ai essayé de fermer les yeux, de me dire mais non, que vas-tu imaginer, ou encore, "ça passera avec la puberté"... Ce n'est pas passé, mon fils est hétéro...

Que diront les gens? Que diront les voisins? Où a-t-il été attraper ça?

On dira sûrement que c'est de notre faute: il y a certainement plein de choses qu'on aurait dû faire - ou pas faire. C'est souvent la relation avec la mère, tout ça (de toute façon, t'es mère, quoi qu'il arrive, c'est de ta faute!). Ou avec le père? C'est peut-être cette institutrice qui portait des mini-jupes? Ou les émissions débiles qu'il regarde, avec toutes ces danseuses à moitié à poil?

Ou alors c'est notre exemple qui l'a... comment dire? Contaminé? On nous avait bien dit de ne pas être aussi ouverts sur notre hétérosexualité à nous, que ça allait donner le mauvais exemple, qu'on allait influencer les gens autour de nous, une fois de plus on a choisi de faire les ado attardés et de n'en faire qu'à notre tête, et voilà le résultat!

Bien sûr je n'ai pas envie qu'il nous mente ou qu'il fasse semblant! Mais il semble déjà si sûr de son choix! Moi j'ai peur qu'il souffre!

En plus, il n'en a pas encore parlé à ses copains... J'ai très peur de leur réaction quand il va se confesser - pardon, se confier à eux. A mon avis nombre d'entre eux vont se détourner de lui, de peur que ça ne les contamine. Mon pauvre petit garçon...

Et moi, sa mère, dans tout ça? Je suis terrassée par la culpabilité - mais bon, comme j'ai déjà dit, comme mère, c'est assez facile. Mais le reste? Dois-je l'annoncer à la famille? De manière officielle, genre le toast à Noël? Lui laisser dire lui-même? N'Est-ce pas l'envoyer aux loups tout seul?

Dois-je le mentionner librement quand je parle avec lui, ou parler plutôt neutre, genre "tu es avec quelqu'un" ou "une personne"? Plus tordu encore: dois-je le laisser inviter - gloups - sa copine à la maison? N'Est-ce pas encore plus le pointer du doigt à tout le quartier comme le mecs qui sort avec des filles ouvertement en plein jour?

Pffft, ça en fait, des questions sans réponses! Je vais devoir aller me renseigner pour voir s'il n'y a pas de groupes de soutien aux parents d'enfants hétéros, ça doit exister de nos jours!

En attendant, je vais quand même lui prendre rendez-vous chez un bon psy: même s'il n'arrive pas à le guérir, au moins il se sera posé les bonnes questions. Parce que j'ai beau être large d'esprit, à l'âge qu'il a, on fait dans la provoc' et on fait tellement de mauvais choix rien que pour emmerder ses parents!

Et si c'est moi qui ai manqué quelque chose dans mon éducation, mon grand, je t'en demande pardon du fond du cœur. J'espère que ça va aller. Fais attention à toi, surtout!

16/07/2016

Lettre ouverte à mes frères (in?)humains

Cher frère, chère sœur, (et non, je ne me prends pas pour St-Paul...)

J'ai été élevée avec l'idée que je suis sensée t'aimer "comme moi-même". T'aider. Te comprendre. Et surtout, ne pas te juger. Même si tes convictions sont différentes, même si ta manière de vivre est une insulte à la mienne, nân, que dalle, je suis sensée t'aimer. Et, bien qu'ayant rejeté une énorme partie des principes inculqués dans mon enfance (surtout ceux concernant certains rituels du dimanche matin et tout ce qui va autour), jusqu'à présent, cela me convenait. Après tout, avoir des gosses, puis s'occuper à (tenter de) instruire ceux des autres, ça demande une certaine dose d'affection pour l'humanité!

J'ai ce côté St-Bernard dont j'ai déjà parlé, ce côté optimiste, aussi, pour qui le verre est en général à moitié plein, une optimiste qui tente d'entendre la forêt qui pousse plutôt que l'arbre qui tombe, bref, sans absolument plus être pratiquante, je suis quand même tout à fait séduite par la doctrine des chrétiens de, en gros, "aime tous ceux que tu peux et en attendant, n'emmerde pas ton voisin non plus".

Mais putain, je dois dire que pour l'instant, c'est dur d'aimer son prochain. Parce que, trop souvent, mon prochain est un sacré con... Et je ne parle pas, malheureusement, que du connard qui a trouvé malin de rouler dans une foule avec son putain de camion. Je parle aussi, presque, surtout, des réactions sur les réseaux "asociaux" de gens qui veulent absolument faire goûter leur vomi aux autres... C'est là que je me souviens de pourquoi, en général, je les évite excepté pour les infos qu'on ne trouve que là... Que de propos nauséabonds...

Bien sûr, il y a eu des réactions racistes - fallait malheureusement s'y attendre. Un connard d'une nationalité, religion, "race", forcément, déteint sur tous ses congénères! C'est bien connu que tous les Belges sont pédophiles, que tous les Américains sont racistes et armés, que tous les Allemands sont des Nazis et que tous les Cambodgiens sont des tortureurs! Donc, forcément, tous les Tunisiens, tous les Musulmans, tous les Arabes sont des terroristes. Passons.

Mais y a les autres commentaires, aussi. Ceux qui ne comprennent pas "qu'on puisse fournir de bons avocats" à Abdeslam et consort - ouvrez un bouquin d'histoire, les gars: même justement les Nazis ont eu droit à un procès équitable où la présomption d'innocence se devait d'être respectée! ça s'appelle - comment, déjà?... ah oui, la victoire de la démocratie contre la barbarie, ça vous parle? Personne n'a dit que c'était simple d'ailleurs, puisqu'un énorme barbare belliqueux et poilu sommeille en chacun de nous! (oui, chez moi aussi, touche un peu à mes gosses pour faire sa connaissance...)

Autre suggestion: "yaka" bomber la Syrie - mais quelle bonne idée!!! Refaisons un Traité de Versailles où on fout tout le monde dans le même sac! Traité de quoi? Mais oui, vous savez, celui signé en 1920, qui a tenté de "corriger" les Allemands après la première guerre mondiale en leur faisant porter le chapeau pour la totalité du conflit? ça a été très efficace: ça a ruiné le pays complètement (bien fait pour leurs sales gu...), ça les a démoralisés (idem), et ça a permis à un sympathique petit Autrichien d'accéder à une chouette position de pouvoir, et de """""nettoyer""""" le permis de la """""racaille"""""! Voilà la solution!

Par contre, ce qui avait été mis en place après la deuxième guerre mondiale et le choc de l'Holocauste est aussi en train de partir en sucette (merci le Brexit), parce que, franchement, pourquoi on se bougerait le cul pour les autres, on ne peut pas sauver toute la misère du monde, nous on a notre nombril à contempler alors les autres, franchement, qu'ils se démerdent! De toute façon je sais que j'ai raison: j'ai eu plein de "like" après mon commentaire sur la page Facebook, ça veut dire quelque chose, non?

De plus en plus la bêtise et l'ignorance m'atterrent. De plus en plus la haine et la surdité profonde à tous ceux qui pensent un peu différemment me révoltent. Je ne me considère PAS comme bêtement tolérante à tout, même à l'intolérable. Si tu viens chez moi, ok, j'adapterai ma cuisine à ton régime alimentaire, qu'il soit hallal, kosher ou vegan. Mais si moi je bouffe une côte de porc devant ton nez, j'attends de toi le même respect. Si tu te convertis à une religion, c'est ton droit. Mais chez moi, tu respectes tout le monde, homme ou femme, adultes ou enfants, croyants ou mécréants. Et si ma laïcité pratiquante te choque, ne t'étonne pas si TA pratique religieuse me froisse. Et quand je dis "religion", j'entends ça au sens le plus large du terme! Pour moi, l'addiction au smart phone, aux réseaux sociaux et aux selfies est une sorte de religion - avec laquelle j'ai presque autant de mal que celle des intégristes de tout poil, même les intégristes laïcs (car il y en a, j'en connais!).

De plus en plus, les gens pensent qu'en gueulant fort, ils donnent l'impression qu'ils disent quelque chose d'intelligent et de profond. Ben non les gars, pas toujours.

De plus en plus, les gens pensent que les bouquins d'histoire ne servent qu'à leur faire passer des examens puis à être oubliés. Moi qui donne cours d'histoire, je vois que par moments les élèves, quand je fais des liens avec l'actualité, ne savent plus exactement si on est en Allemagne dans les années 1930 ou en Europe dans les années 2010... pédagogiquement, ça me fait plaisir. Humainement, ça me fout les jetons. Parce que souvent, trop souvent, moi-même je ne le sais plus...

Alors, cher frère, chère sœur, je ne dis pas forcément que je vais aller vivre en ermite dans une caverne. Je ne dis pas forcément que moi, je vais "bomber" tous ceux avec qui je ne suis pas d'accord (y aurait trop de boulot!!!). Mais purée... si on pouvait entendre quelque chose de positif, une réaction intelligente et nuancée, pour changer, j'aurais un peu moins de mal à envisager continuer ma "croisade" (VERY bad choice of words, sorry!), continuer à ajouter mon petit grain de sable... continuer à y croire, une fois de plus. Ici dans vos commentaires, peut-être? Pour me rassurer?... Merci d'avance? :/

Donc, cher frère, si tu pouvais arrêter là tout de suite ta crise d'adolescence à la con, sortir la gueule de ton nombril et commencer à utiliser ce qu'il y a entre tes deux oreilles pour autre chose que pour ta putain de page Facebook ou autre... franchement, ça m'arrangerait!

Désolée pour le langage, quand je suis fâchée j'ai tendance à devenir un peu grossière...