02/01/2017

Courir? J'adore!!!

Je l'avais annoncé publiquement ici, ça y est, encore un autre "jamais" qui a volé en éclats... J'ai commencé à courir... et je suis tombée dedans la tête la première. Je suis accro... grâce au programme Je Cours Pour Ma Forme.

On m'avait prévenue que c'était un risque à prendre. Mais je doutais. J'avais en tête que je n'aimais pas courir, que je ne savais pas courir, que oui, avec l'entraînement le souffle viendrait sans doute, mais de là à aimer ça... je doutais vraiment très fort. Je me suis pourtant inscrite. 

J'avais déjà tenté de courir seule quelques fois, pour voir... Le souffle, en fait, ça allait (je nage régulièrement depuis 5 ans, ça aide), mais les jambes, pas du tout: courbatures tenaces, sentiment de fatigue totale, je ne voyais pas le "high" décrit par les joggers, je ne me sentais pas spécialement bien après, et pendant, ça m'emmerdait. Mais j'avais envie de tenter l'expérience. J'habite près de nombreuses pistes cyclables (les fameux Ravel typiques de chez nous), et j'avoue que voir tous ces gens courir au bord de l'eau, sous les arbres, me faisaient envie. Je n'aimais pas courir, mais j'avais envie d'aimer ça. Peut-être que l'effet de groupe allait me convenir?

Le principe de JCPMF est simple: progression étudiée pour convenir aux plus moules d'entre nous, rythme compatible avec une condition physique de merde, vitesse minimale (on doit pouvoir continuer à papoter tout le long - je rêve, une "classe" de bonnes femmes qui DOIVENT parler, mais c'est NOEL!!!!!!), bref, que de la douceur. Et j'ai très vite attrapé la jogginite aigüe.

L'objectif du programme: parvenir à boucler 5 kms sans s'arrêter, mais à son rythme. Tout le monde y est parvenu, dans la joie et la bonne humeur. J'ai eu la chance de tomber dans un groupe "de bonnes femmes" - pardonnez le cliché - donc un groupe où la compétitivité était absente. Nous avons progressé ensemble. Nous nous sommes soutenues. On s'est donné des rendez-vous pour les entraînements non encadrés. Le dimanche matin est devenu sacré, synonyme de "ouaaaaais on va courir". Et c'était génial.

J'ai fait des super chouettes rencontres. Des femmes drôles, intéressantes, gentilles, dynamiques, volontaires. J'ai découvert ce fameux "high" qui envahit après quelques minutes de courses, une fois qu'on est "en jambes" (et c'est vrai que c'est bon...). J'ai découvert qu'après un entrainement j'ai plus de peps qu'avant d'y aller. J'ai été de meilleure humeur. Plus dynamique. En meilleure santé. Avec des cuisses plus dures.

Au départ, quand on s'inscrit, on se dit: faut trouver le temps de courir une fois par semaine, pfff, pas évident. Très vite, on se réjouit de se retrouver le mardi soir (notre jour coaché). On se dit qu'une semaine entre deux entrainements, c'est beaucoup trop long. On se donne des rendez-vous intermédiaires. On sent petit à petit l'envie - que dis-je, le besoin d'aller courir, de chausser ses baskets pour aller suer au bord de l'eau. On devient enragés quand le rendez-vous ne peut pas être respecté. On devient comme tous ces crétins qu'on critiquait avant, ceux qui vont courir par froid, par pluie, par vent. On ne peut plus s'en passer... on ne VEUT plus s'en passer. On est bien - et on SENT que c'est grâce à la course à pied. L'entourage ne comprend pas - mais les copines de course, elles, elles comprennent. Entre "junkies", on se serrent les coudes...

J'ai envie de continuer à progresser - même s'il faut d'abord "fixer" les 5 kms, que ça devienne banal, et non plus l'objectif ultime. J'ai pris tellement de plaisir à la session d'automne, je ne peux pas m'imaginer simplement me dire "ok, je peux le faire, j'arrête"... C'est décidé, ce printemps, je m'inscrits aux 5-10... Les autres avaient raison: je suis complètement accro... N'y a-t-il cependant pas de pires assuétudes???

Au plaisir de vous croiser, peut-être, au bord de l'eau!

12:51 Écrit par Catherine dans Mes tartines à moi | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : courir, jcpmf, sport, bien-être |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.